mardi 28 janvier 2014

Quelle chaleur!

Apres plus de trois semaines "inactives", que c'est bon de retrouver son vélo et d'avancer a un rythme normal. Bon, a la premiere montée, on rigole un peu moins... Ayant vu les infos meteo a Istanbul, on decide de tracer plein sud en direction d'Adana, region ou l'été ne finit apparement jamais. Sur la route, on est ebloui par un paysage magnifique où une chaine de montagnes enneigées nous accompagne durant plusieurs jours. Le soleil brille la plupart du temps, mais on se réveille souvent entouré de givre. Une bonne fondue suisse sous l'abside, un feu de camp, une descente a toute allure, des gens souriants et voila que le dernier col avant de retrouver la cote mediterannéene est derriere nous. Au fur et a mesure que l'on descend, la chaleur augmente. Polaires, gants et sous-vetements thermiques rentrent gentiment dans les sacoches. Fini les champs arides et la neige, revoila les oliviers, orangers et citronniers. C'est fou comme cela change vite!

Route majestueuse a la lueur d'une fin d'apres-midi

Fondue et blanc local nous font oublier le froid

Peu avant Adana, on s'arrete devant un petit café ou des hommes boivent des thés et jouent au okay (sorte de rami) et au bakgammon. On leur demande si on peut planter notre tente quelque part, mais c'est un appartement entier qui nous est ouvert pour la nuit. On leur dit que nos sacoches sont pleines de nourriture, mais c'est un petit resto offert ET un repas dans une famille qui nous attendent. Idem pour le petit-dej ou un immense plateau d'argent nous est servi avec toutes sortes de plats delicieux. La famille nombreuse est toute a nos soins et nous passons des heures ou rien d'autre ne compte que le moment present. Ces heures, on les garde au fond de nous, avec toutes les autres que nous a deja offert ce pays si chaleureux.

A Adana, c'est un professeur et deux de ses etudiants qui nous accueillent. Le centre de la grande ville bouillonne et on se perd dans les ruelles du bazar où fruits et legumes sont exposés sur des charettes que des chevaux attendent de ramener. La mosquee centrale est une des plus grandes du Moyen-Orient et ses 6 minarets se dressent majestueusement au milieu de la ville. On teste aussi le salgam, un jus de navet typique du coin. On ne fera pas le test une deuxieme fois... Le soir, les voisins montent dans "notre" coloc et le son d'une guitarre et d'un kanoun (instrument a cordes pincées) donnent des notes d'eternité au moment. Un de plus.

La grande mosquée Sabanci au centre d'Adana

Entre Adana et Marash, la petite route est aussi belle que montagneuse. On a choisi de contourner la route principale de la plaine et certaines rampes tres raides nous font presque regretter ce choix. Mais les descentes qui suivent, les rencontres effectuées et la fierté d'etre en haut nous confortent dans notre choix. Les nuits sont calmes malgré le hurlement des chiens sauvages qui sont toujours trop pres a notre gout. Notre nouvelle tente passe le test de la pluie avec une belle reussite et on se permet de dormir dans une petite mosquée bordant la route.


L'acceuil chaleureux des habitants, rencontrés au hasard d'une rue, d'un café ou d'un site Internet...


A Marash, on a la chance d'etre accueillis par Sabahattin qui nous emmene dans un excellent resto de la ville où on a droit a deux fourchettes et deux couteaux chacun! Ca change de la veille et de notre boite de pois chiches rechauffée et mangée sur des graviers dans le noir et dans le froid. Ce genre de constraste est génial dans un voyage. Tout est possible a tous moments, il suffit juste de laisser faire les choses et de voir ce qui voudra bien venir a nous. Notre hôte est tres sympa et c'est certainement l'un des Turcs les plus atypiques de son pays: agnostique, végétarien, gay et en plus il met sa ceinture! Il y en a peu des comme lui. C'est dans sa cave que nos velos se reposeront (qui a dit encore?) pendant que nous parcourrons le nord-est du pays avec un couple d'amis qui nous rejoint pour l'occcasion. Nous devrons y retrouver la neige et le froid. Tout change si vite.


On n'est pas seuls sur les routes!

PS: Aujourd'hui est un grand jour parce que Stan a gagn... heu parce qu'on a obtenu nos visas de 30 jours pour l'Iran! La suite du voyage promet de continuer dans la beauté!

1 commentaire:

Marie Kramer a dit…

C'est clair!! Magnifique la victoire de Stan mais surtout son parcout, trop bien! Ca m'a manqué ton "Come on" avec une grosse tape sur le canapé lors des matchs de Tennis..:)

P.S Trop bien pour vos visas bien sûre ^^