dimanche 12 janvier 2014

Cappadoce et Istanbul

Apres quelques mois sur nos montures, on change de rythme, passant de notre binome a davantage de personnes avec la famille qui nous rejoint pour deux semaines.

On découvre les merveilleux paysages et formations de la Cappadoce. On se perd et on rêve dans les vallées enneigées aux formes enchanteresques. En quatre jours de balade, on a droit a une diversité étonnante de nouveautés.






La fondue partagée dans ce cadre et avec les proches retrouvés prend une nouvelle saveur (ainsi que le bon vin qui l'accompagne...).




Le grand instigateur de ce petit paradis visuel, c'est lui:



Le Mont Argeus ou Erciyes Dağı. Ce volcan trône majestueusement  sur l'oeuvre dont il est a l'origine de la base, c'est-a-dire la roche volcanique tendre qu'est le tuf. L'érosion de l'eau et du vent a accompli le reste.

Des formations rocheuses ont été creusées a certains endroits pour y créer des habitations troglodytes ou églises. Aujourd'hui, certaines de ces grottes  sont utilisées  comme grenier a foin ou box a cheval entre autre.




On découvre également une des trente cité souterraine de la région dans lesquelles les habitants venaient se réfugier en cas de menace extérieure. En se perdant dans les escaliers étroits reliant les étages, on peut observer les restes des différents aménagements comme des gardes manger, une presse a raisin pour faire le vin, des étables, cuisine ou encore école et bassin pour le baptême.


Apres ces quelques jours a rêver dans ces vallées, on fait deux jours de bus pour Istanbul avec un passage d'une matinée dans la cité de Safranbolou aux maisons ottomanes superbes.

On retrouve la ville d'Istanbul avec plaisir. Cette fois-ci, on entre dans les différents monuements et édifices "évités" lors de notre dernier passage. Aya Sofia, ou l'Eglise de la Sagesse Divine, qu'on essaie d'atteindre petit a petit, est d'une beauté saisissante. Un vrai chef-d'oeuvre.



On se laisse également charmer par la citerne-basilique, ancien réservoir  de la ville pouvant contenir  jusqu'a 80'000m3 d'eau acheminée d'un réservoir proche de la Mer Noire par un réseau de 20km d'aqueducs.



On passe nouvel an dans le quartier de Beyoğglu de l'autre coté du Bosphore ou les rues sont bondées. On retrouve un petit bar connu fort sympathique ou on danse avec une famille turque.
Quelques jours plus tard, on redécouvre ce quartier a lumiere du jour avec un grand plaisir. On n'y voyait que le coté sortie et shopping, mais au dela de l'artere principale de l'indépendance, on trouve des ruelles cachant des églises, des chocolatiers, une petit librairie au grand rayon francophone, des passages décorés finement.





Bien sûr, le Grand Bazar et celui aux épices, la gastronomie et les balades occupent la plupart de notre temps.

Sur l'Asie, apres s'être retrouvé dans les ruelles et avoir déguster un ciğköfte (l'un des seul "fast food" végétarien) au milieu d'un groupe d'adolsencents curieux en pause, on admire un petit bijou:








Une fois la famille de retour, on prend un bus de nuit pour Ankara. Malgré l'étonnement du vendeur de billet de bus sachant notre destination et nous demandant "mais pourquoi??",  on apprécie la visite de cette capitale avec Nicolas, notre hôte warmshowers, s'apprêtant lui aussi a partir  pédaler sur les routes du monde avec sa femme.
On se rend compte encore davantage de l'admiration que les Turcs portent a Atatürk en visitant son gigantesque mausolée.




Depuis hier, nous voila de retour en Cappadoce ou on a retrouvé nos papillons. Ils sont un peu rouillés et se réjouissent autant que nous de reprendre la route demain. Auourd'hui, on a encore profité d'être la pour se balader dans la magnifique vallée blanche ou vallée de l'amour et découvrir les superbes fresques des églises troglodytes du musée en plein air de Göreme






3 commentaires:

Cedric a dit…

Toujours aussi beau!

Vincent Carel a dit…

Des paysages incroyables, profitez bien!

Marie Kramer a dit…

Trop bien la petite fondue en famille, même si il manque un peu de la famille Kramer héhé tout bientôt.. :)