mercredi 29 avril 2015

En route vers l'ouest

Cette fois nous y sommes! Apres une lente dérivation vers l'est, il est temps, non pas de revenir en arrière, mais de continuer la boucle en repartant vers l'ouest. A la gare de Beijing, nous sommes accompagnés par Anna et Lukas, qui eux aussi sont sur le retour. L'émotion est palpable dans la gare peuplée de la capitale chinoise au moment où les "portes s'ouvrent" pour laisser les voyageurs monter dans le Transmongolien!

Prets pour le depart vers l'ouest!

Pour cette première partie du trajet, nous voyageons en 2ème classe, dans un compartiment à 4 couchettes. Le wagon est assez vieux, avec une jolie moquette, et il nous embarque directement dans les légendes liées à ce train. En cette saison, il y a très peu de voyageurs et les employés chinois ont donc tout le temps pour se cuisiner des petits plats qui sont bien au-dessus de nos nouilles instantanées et de notre petit brie en conserve...
Première nuit et premier passage de frontière. Nous entrons en Mongolie. C'est un sentiment étrange que de traverser un pays sans s'y arrêter. Mais les paysages qui défilent à travers notre fenêtre sont unanimes: il faudra revenir un jour.

De quoi nous occuper...
Chauffage du wagon, a l'ancienne
Petite biere dans le tres beau wagon restaurant mongol

Deuxième nuit et deuxième passage de frontière. Les douaniers russes ne font pas les choses à moitié mais ne trouvent rien à redire à notre visa si difficilement acquis. Nous voilà dans le plus grand pays du monde! Dans cette Sibérie qui sort doucement de l'hiver, nous apercevons au matin l'étendue immense et gelée du lac Baikal. Le train avance tout tranquillement, nous laissant le temps d'observer les reliefs de la glace et de prendre conscience que nous sommes bien loin de tout.
Apres une cinquantaine d'heures de train, nous descendons à Irkutsk pour couper notre trajet vers Moscou, mais surtout pour voir un tout petit bout de cette Sibérie si sauvage.

Maison  typique de la ville d'Irkutsk
L'ile d'Okhlon, au nord de Irkutsk, est idéale pour sentir un peu de cette profondeur russe, à mille lieues des centres commerciaux de Moscou. Pour y accéder, on utilise le ferry en été et le "bus sur glace" en hiver. Mais au mois d'avril, en période de fonte, c'est seulement avec un petit aéroglisseur que l'ile est reliée au monde. Et encore, il n'est jamais certain qu'une liaison quotidienne soit assurée...
Dans le village principal de l'ile, nous trouvons un hôtel en bois tenu par Nathalia. Nous y restons trois nuits, seuls. Chaque soir, la cuisinière nous prépare de l'omoul (poisson indigène du Baikal) avec une recette différente qui nous régale. La journée, nous nous baladons sur les prairies sèches et sur l'eau gelée avec l'impression d'avoir l'ile rien que pour nous! Et si le petit vent glacial se met à souffler, nous allons boire des thés chauds dans la petite salle à manger de l'hôtel, toujours aussi seuls...

Le petit aeroglisseur qui permet de voguer sur l'eau et de glisser sur la glace
Balade sauvage sur l'ile
Coucher de soleil depuis l'ile d'Okhlon

Après quelques doutes, nous pouvons finalement emprunter l'aéroglisseur pour retourner à Irkutsk. Nous y faisons les courses dans un supermarché où nous retrouvons une certaine européanité dans les produits. Cela faisait très longtemps... Tard le soir, nous embarquons dans le train à destination de Moscou et prenons nos quartiers dans notre 4m2 qui sera notre maison pour les 80 prochaines heures! Cette fois, nous n'avons pas de compartiment à 4, mais sommes dans le wagon 3ème classe où 54 lits sont entreposés de manière ingénieuse. Il en résulte un poil moins de confort, mais beaucoup plus de convivialité!
Il y a Serguei qui nous offre un premier whisky dès notre réveil! Et pour l'accompagner, voici de la bière, des chips et ... un peu de vodka! "Heureusement", il quitte le train le premier soir, en essayant de nous embarquer chez lui pour nous montrer son bania, le sauna des Russes. Il y a aussi Igor, un jeune de 19 ans qui rentre chez lui après avoir passe une année dans l'Armée rouge. Il est souvent dans les parages pour jouers aux cartes avec nous, dans une variante russe qu'il vient de nous apprendre. Il y a un deuxième Igor, avec un visage très long qui fait presque peur... jusqu'à ce qu'il se mette à sourire. Avec lui, je n'ai aucune chance aux échecs... Il y a encore Natasha et Svetla, deux copines qui s'en vont en vacances en Crimée et qui sont toujours de bonne humeur. Et puis il y a Youri, un Géorgien aux dents dorées qui passe presque tout son temps à regarder par la fenêtre.
Dans cette belle ambiance, nous utilisons les geste et notre petit dictionnaire de russe pour communiquer. Et pour les toasts, chacun le fait dans son propre langage!

Les heures défilent, sans d'ailleurs savoir quelle est la véritable heure (nous traversons 5 fuseaux horaires), sans savoir non plus si le train est encore en Asie ou déjà en Europe. C'est un voyage hors du temps, rythmé par les milliers de bouleaux, les quelques arrêts en gare et la certitude que nous nous dirigeons lentement vers l'ouest.


Anna et nos nouvelles copine russe en plein essayage de beret!

Un sourire de la cheffe de wagon!!! Peut-etre grace aux chaussons blancs trop styles...

Un peu de lecture...

... et quelques partie d'echecs!
A 5 heures du matin, le 4ème jour, nous arrivons exactement à l'heure à Moscou. Lorsque nous sortons du métro et faisons face au Kremlin, une certaine émotion nous envahit. Nous n'attendons pas longtemps avant d'aller découvrir la Place Rouge et sa fameuse cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux. L'endroit est grandiose, historique et nous sommes conquis. 
Nous n'avons que peu de temps dans la capitale russe et nous prenons un rythme japonais. Et encore des Japonais qui viennent de passer quatre jours assis dans un train! Balade dans le coeur historique de la ville, visite du musée Pushkine et de sa collection impressionniste et même un opéra le soir! Avant de retourner sur la Place Rouge pour l'admirer de nuit.
Le lendemain, nous faisons une visite de la ville à pied avec une jeune Russe comme guide. En introduction, elle nous dit: " Visitez la Russie avant que la Russie ne vienne vous rendre visite!" Vous voilà prévenus!

Cathedrale Saint-Basile

Un peu de culture le jour

Et un peu d'opera le soir!

Kremlin et Cathedrale Saint-Basile magnifiquement eclaires.

Notre séjour trop court à Moscou nous donne l'envie d'y revenir, car la plus grande ville d'Europe offre beaucoup de facettes intéressantes et particulièrement belles. 
Encore une nuit dans un train et nous entrons dans l'Union Européenne, par la porte lettone. A Riga, nous quittons Anna et Lukas avec qui notre retour vers l'ouest s'est superbement passé. Eux continuent vers Berlin où les attendent leurs vélos. Les nôtres sont juste là, dans l'appartement de Liene, Vitaljis et Stanislas qui nous ont tellement aidés pour réceptionner les gros paquets! Un immense merci à ces warmshowers qui ont permis de rendre notre voyage en Transsiberien plus agréable.

En ce moment, les vélos ont été remontés, les sacoches sont prêtes à remplacer le sac à dos et la carte des pays baltes est depliée sur le sol. Demain, nous reprenons notre envol avec nos Papillons!

P.S. Quelques nouvelles photos sont disponibles sur l'album du blog

1 commentaire:

a ticket to ride a dit…

Coucou !
Ravis de lire et de voir que vous avez réussi à passer quelques jours sur l'île d'Olkhon !
Bon vent pour la suite !
Elodie et Mathieu (guesthouse d'Irkoutsk)
www.a-ticket-to-ride.com